Les passions d'Aely

Un blog littéraire … mais pas que !

Bouzard – Les poilus-1 Frisent le burn-out

Poster un commentaire


#Juin18 - les-poilus-tome-1---frisent-le-burn-out-769699-250-400Présentation de l’éditeur

 

Pour le centenaire de la bataille de Verdun, Guillaume Bouzard nous a concocté ce recueil de ce que nous pourrions appeler de petites nouvelles illustrées. Histoires fantasmées et drôlatiques de poilus confrontés au marasme, à l’irrationnel et y répondant par leur propre petite folie ordinaire. Ce point d’acmé de la folie humaine que fut la guerre des tranchées, les uns et les autres s’étripant quotidiennement durant 2 longues années, dévastant méthodiquement le paysage jusqu’à en faire un décor lunaire, nous donne encore envie de pleurer cent ans après. C’est sans compter avec l’esprit très dadaïste de Bouzard (sous son trait, les guerriers rappellent incroyablement ceux de Gus Boffa ou de George Grosz. Si ce n’est pas là le rire de résistance de Jean- Michel Ribes, c’est sans aucun doute « le rire de la paix » !

 

~~~~~~~~~~
Détails sur le produit

Format : Album
Nombre de pages en édition imprimée : 48 pages
Editeur : Fluide glacial
Date de sortie : 17 février 2016
Langue : Français
ISBN-10 : 2352075394
ISBN-13 : 978-2382075394
Dimension du produit : 29.4*1*22.6 cm
Prix : 10.95€

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

 

Guillaume Bouzard décide de faire de la bande dessinée car il trouve ça cool. Il crée son fanzine Caca bémol en 1986 et collabore à de nombreuses publications indépendantes. Il décide de faire les Beaux-Arts de Toulouse car à un moment, il faut bien apprendre à dessiner pour faire ce métier. Sympa, jovial, jamais le dernier pour la déconne, Bouzard est capable d’avaler trois assiettes de couscous royal sans perdre sa bonne humeur légendaire. On peut le dire : il adore ce plat et ça n’a peut-être rien à voir, mais soudain, tout le monde s’intéresse à lui : Le Psikopat, Fluide Glacial et Spirou entre autres. Depuis 10 ans, il collabore au magazine So Foot et travaille de temps en temps pour Libération, 20 Minutes, L’Express ou Le Canard Enchaîné. Il fait une tripotée d’albums chez des éditeurs aussi divers que Les Requins Marteaux, Six Pieds Sous Terre, Fluide Glacial ou Dargaud car c’est un bourreau de travail quand il s’y met. En 2014, lassé de lire le même texte piqué dans Wikipédia pour les services de presse, il décide de réécrire lui-même sa bio et est très satisfait.

 

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

Lecture en partenariat avec Masse critique de Babelio et les éditions Fluide Galacial.

 

 ~~~~~~~~~~
Mon avis:

Le sujet est grave mais c’est pourtant avec humour et émotion que l’auteur va nous y plonger.

Ses personnages sont atypiques au possible et tellement attachants.

Cette période de la guerre a été parfois trop peu développée et pourtant elle est à elle seule un bon résumé des atrocités commises, de l’inégalité de vie des soldats mais surtout de cette force de caractère qu’ils devaient avoir pour tenir bon envers et contre TOUT (météo, ennemis et parfois même leurs propres autorités).

On y retrouve des anecdotes souvent lues dans des journaux sur cette période mais illustrées par la plume de Bouzard, elles touchent différemment.
Ironie, humour noir et parfois macabre, chaque historiette nous plonge dans les affres du quotidien de nos poilus.
Que la situation soit tendue ou en période de trêve, chacune nous décrit leurs émotions, leurs ressentis et surtout l’évolution de leur moral. Ceux qui, partis de leur village la fleur au fusil et qui, après les horreurs des tranchées, de la déroute et de la mort au quotidien se retrouvent seuls face à cette horreur. Un petit espoir point parfois, retrouver un camarade, écrire à une fiancée restée au pays…
Mais Guillaume Bouzard pointe du doigt aussi les erreurs des hauts-gradés, leur ennui ou leur nonchalance devant ces hommes qu’ils sacrifient comme de la chair à canon sans vergogne.

C’est donc une bande dessinée humoristique à la base qui réussit sa mission de nous faire sourire mais qui ne peut, par ailleurs, vous faire éviter un brin d’émotions, de rancœur aussi face à cette tuerie abominable.
Un bon moment de souvenir, un devoir de mémoire à prendre au second degré mais sans oublier que ce fut la réalité.

Publicités

Auteur : Nath Aely

Chroniqueuse littéraire, bibliothécaire bénévole et livrovore passionnée, je dévore plus que je ne lis mes genres favoris comme le steampunk, la fantasy, le jeunesse ou le thriller. Venez frissonner avec moi dans mes lectures et partagez donc les vôtres car je suis aussi curieuse de nature.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.