Les passions d'Aely

Un blog littéraire … mais pas que !

Vanely,Clara – Le cabinet des ombres -Ep 2 L’Ombre Nobody

Poster un commentaire


L'ombre NobodyPrésentation de l’éditeur:

Une nouvelle menace plane sur le Paris des Rêveurs : salons, ruelles et troquets bruissent de la rumeur d’une ombre qui fend le ciel, aussi mystérieuse que dangereuse, et qui attaquerait les badauds sous le couvert de la nuit. Ernest Bonenfant est chargé par le Procurateur Bartholdi d’enquêter : il pourrait bien encore s’agir d’une manigance de l’infâme Cortese… à moins que d’autres forces obscures conspirent au malheur de la ville. Lâché par son amant, le Rêveur pourrait bien n’avoir d’autre choix que de solliciter l’aide de Camille Claudel…

Dans un Paris au crépuscule du XIXe siècle, noyé dans les brumes de l’absinthe et des machines à vapeur, Clara Vanely nous propulse dans un univers écarlate et raffiné, au gré d’un tourbillon de mensonges, de poursuites et de meurtres. Dans une langue riche et florissante, piquetée d’argot historique, l’auteur donne vie à un monde résolument original, mélange de glam, d’aventure et de steampunk, aux doux accents de Baudelaire, Wilde et Huysmans.

~~~~~~~~~~
Détails sur le produit

Format : Numérique 595 KB
Nombre de pages édition imprimée : 156 pages
Editeur : Walrus
Date de sortie : 5 juin 2015
ASIN:
B00YY9HGPA
Prix : 2.99€

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

 

Auteur de fanfiction dans sa prime jeunesse, façonnée par sa lecture des mythes grecs et de l’œuvre de J.K. Rowling, Clara Vanely se pique très tôt d’intérêt pour la question du fanwork et des phénomènes d’écriture communautaire. Après un Master en langue et littérature latines sur les bancs de la Sorbonne, elle se lance en 2010 dans l’enseignement, tout en s’efforçant de concilier son métier détonant avec ses autres passions. Aujourd’hui, lorsqu’elle ne dresse pas les dragons et ne s’aventure pas à relever le latin d’entre les (langues) mort(e)s, elle met à profit son temps libre pour poursuivre le dessin, le chant, ou flâner dans les méandres de Paris, sur les traces des Rêveurs, du Chemin de Traverse et du Fantôme de l’Opéra…

 

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

Lecture en partenariat avec l’auteure et les éditions Walrus.

 

 ~~~~~~~~~~
Mon avis:

Dans le premier épisode j’avais eu quelques regrets : « Le lecteur, au même point que le parisien moyen, ignare et cependant chanceux d’être mis dans la confidence,  entraperçoit au travers de dialogues une esquisse de ce que sont les Rêveurs, leur monde ou bien leurs dons. Mais comme pour tout ce qui n’est qu’aperçu, les grandes lignes semblent nettes alors que les détails nous échappent encore. Comme une peinture de Degas ou un effet de style photographique, le pourtour des personnages semble rester flou à nos tentatives de les cerner davantage. »

Des questions m’étaient donc restées en tête qui méritaient réponses et quelques explications.
Eh bien cet épisode 2 l’a fait.
Bien entendu comme tout bon lecteur j’en ai toujours en réserve, cependant j’attendrai donc la suite pour obtenir satisfaction puisque l’auteure semble suivre le fil de mes pensées et les prévoir à chaque fois au tour suivant comme pour me garder sous sa coupe et harponnée au fil de l’histoire qui me plaît de plus en plus.
Depuis donc, la fin du premier épisode du cabinet des ombres, j’avais hâte de retrouver Ernest Bonenfant et ce Paris Steampunk très dix neuvième décadent.
Notre dandy voyou et Rêveur de son état est dans une mauvaise passe. Avec la fin de l’épisode précédent nous le laissions un peu dans la panade avec la disparition de la Porte des Enfers par son ennemi juré le major Cortese, la formation inachevée de Camille Claudel et surtout ses derniers déboires avec sa Lueur qui lui tient grief de son désintérêt pour sa personne.
Ajoutons à cela le peu d’estime que lui octroie le procurateur général Bartoldi et donc les jolies soufflantes auquel il a droit ces derniers temps, la vie d’Ernest n’est pas une sinécure.

Pourtant, une nouvelle énigme va peut être le sortir de ce marasme ambiant.
Cette fois,  Paris est confronté à de nouveaux attentats et surtout à des assassinats particulièrement sombres et bizarres. L’auteur de ces crimes paraît fait d’ombre et insaisissable. Les victimes augmentent mais rien ne semble pouvoir le contrecarrer.
Ernest y voit une solution de repli pour éviter purement et simplement l’alterration à perpétuité ou tout au moins l’oubli.

D’un autre côté nous retrouvons aussi Camille, son secret et ce Don, dont elle ne veut pas et qu’elle doit développer. Son mécène, le procurateur général fait de grand projet pour elle et cela l’indispose de voir qu’elle n’a aucun droit au chapitre. L’Ether l’attend ou son don la dominera. Quelle ironie du sort pour celle qui n’espérait que la solitude !

Un point commun aux deux épisodes que l’on ne peut reprocher à leur auteure: l’action.

Elle est à chaque tournant de page, tantôt dans les airs, tantôt au sol, Rêveurs ou Ombre, tous nous entraînent à leur suite dans cet enchaînement d’événements.
Le lecteur va enfin voir se dévoiler de nombreuses informations sur le passé d’Ernest par exemple, ou sur le Don que développe Camille, mais aussi sur le contexte social et politique de ce Paris décadent.
Le major Cortese et la Porte de Ténèbres restent en filigrane dans ce récit et parfois apparaissent pour nous plonger encore plus dans la confusion.
Ernest et Camille les rattraperont-ils?

Ce nouvel ennemi, l’Ombre sera-t-il vaincu ou changera-t-il la donne entre Camille et le Procurateur?

Dans cet épisode les complots reprennent du poil de la bête et l’ami d’hier sera peut être l’ennemi de demain. Tout le monde doit se méfier de tout le monde et les Rêveurs ne sont pas en reste pour retourner leurs vestes.
Ernest va encore nous surprendre par ses choix toujours à l’opposé de ce que l’on attend de lui. Car bizarrement il a beau être voyou, dandy et foncièrement cachottier et égoïste je me suis attachée à lui et à sa lueur. Leurs relations chaotiques, parsemées de hauts et de bas me donne envie de les secouer pour leur ouvrir les yeux.
Pareil pour Camille qui semble rejeter ce qui fait d’elle une Rêveuse sous prétexte que cela va changer sa vie et va à l’encontre de ses envies profondes. Pourtant pour sauver un ami elle est prête à risquer sa vie, sa liberté même et à utiliser son Don.
Clara Vanely m’a encore emportée dans son récit, cette fois sans heurts ou gêne. Et c’est avec un plaisir indiscutable que je vais continuer à suivre les aventures d’Ernest, Lisandru et Camille dans ce Paris en plein changement.

Auteur : Nath Aely

Chroniqueuse littéraire, bibliothécaire bénévole et livrovore passionnée, je dévore plus que je ne lis mes genres favoris comme le steampunk, la fantasy, le jeunesse ou le thriller. Venez frissonner avec moi dans mes lectures et partagez donc les vôtres car je suis aussi curieuse de nature.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.