Les passions d'Aely

Un blog littéraire … mais pas que !

Lunetta,Demetria – In the After -1

Poster un commentaire


In the AfterPrésentation de l’éditeur:

Ils entendent le plus léger des bruits de pas…
Ils sont plus rapides que le plus dangereux des prédateurs…
Et leur traque ne prendra fin qu’à votre dernier souffle !

Amy est devant sa télévision quand le pire se produit, quand ILS attaquent. New York, Paris, Tokyo… Des créatures sans pitié déferlent, et dévorent les humains. Personne ne sait d’où ils viennent mais une chose est sûre : la population de la planète décroît dramatiquement en quelques jours à peine. À l’abri de la grille électrifiée de sa maison, Amy parvient à leur échapper… mais pour combien de temps ?

Elle qui a perdu tous les siens parvient tout de même à recueillir Baby, une petite fille qui a miraculeusement survécu aux crocs acérés des nouveaux maîtres du monde. Trois ans qu’elles survivent en autarcie, quand d’autres survivants commencent à se manifester. Elles pensent que leur enfer est terminé… mais il ne fait que commencer !

~~~~~~~~~~
Détails sur le produit

Format : Broché
Nb de pages version imprimée : 410 pages
Editeur :
Lumen éditions
Date de sortie : 11 septembre 2014
Collection : In the After
Langue :
Français
ISBN-10 :
237102015X
ISBN-13 :
978-2371020153
Dimension du produit : 14.1*3.7*22.6 cm
Prix : 15.00 €

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

 

Demitria Lunetta est passionnée de littérature Young adult, au croisement de la dystopie et de la fantasy. Née à Chicago, elle a passé une maîtrise en écologie humaine et passé de nombreuses heures à étudier les divers moyens qu’a trouvés l’Homme de causer sa propre destruction. Toujours prête au pire, elle a toujours un bon livre sous la main – un objet indispensable pour survivre dans un monde post-apocalyptique ! In the After est son premier roman, bientôt suivi de In the End.

 

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes


Lecture en partenariat avec le forum Au cœur de l’Imaginarium et les éditions Lumen.

 

 ~~~~~~~~~~
Mon avis:

Cette chronique est une double première pour moi puisqu’il s’agit de ma première dystopie mais aussi de ma première lecture commune.
Je remercie donc le forum Au cœur de l’Imaginarium pour ce partenariat avec les Éditions Lumen ainsi qu’E.C Tanengam pour cette lecture commune.

Amy a 13 ans quand sa vie et le monde sont chamboulés par l’arrivée sur Terre d’Aliens. Ceux-ci ne ressemblent en rien à ceux des séries télé ou des films catastrophes. Leur but est plus primaire : exterminer les humains en les dévorant.
Cela fait maintenant 3 ans qu’elle survit en autarcie avec Baby, une petite fille qui a miraculeusement survécu à une attaque et qu’elle a trouvé dans un supermarché en ruine.
Parfois elles croisent d’autres humains mais leur survie passe avant la compagnie. Jusqu’au jour où un événement surprenant va de nouveau chambouler leur vie. Et si les survivants étaient plus nombreux que ce qu’elles croyaient ?? Mais sont-elles prêtes à cette éventualité ?? Et aux découvertes que cela va entraîner??

Comment expliquer ce que j’ai ressenti à cette lecture? Même moi je suis encore dans le doute de mes propres sentiments.
C’est la fin du monde, seules survivent les forts. Comment une adolescente a-t-elle pu s’en sortir ainsi et trouver le courage surtout de le faire? Comme quoi la nature humaine est vraiment une chose magnifique.
L’imagination de l’auteure est fertile et nous suivons avec fébrilité et angoisse la progression de nos deux héroïnes dans ce monde voué à la destruction. Des enfants laissées seules et qui se débrouillent comme des chefs. L’Histoire nous a souvent montré  des cas de ce genre, les aliens en moins.
L’instinct de survie d’Amy et Baby est fort. Elles ont bien compris où était leur sauvegarde : dans le silence et la solidarité mais surtout dans la méfiance.

Le découpage du récit en trois grandes parties distinctes marquées dans l’édition même du livre par une double page noire qui se voit sur la tranche, nous laisse présager de nombreux rebondissements. Des pages noires comme la nuit, noires comme les ténèbres qui entourent le monde.
Ce détail allié à une couverture en relief et un dessin sombre et fracturé ne peut que nous donner un aperçu de l’ambiance.
Et notre lecture nous prouve assez rapidement que nous avons raison de le croire.
C’est un roman vraiment prenant et j’ai dû me faire violence pour ne pas le lire d’une traite.
C’est là l’ « avantage » de la lecture commune . Il faut essayer de rester au même niveau pour en discuter et partager sans risquer de se spoiler l’une l’autre. Merci encore à Émilie pour ces échanges du soir fructueux. Pouvoir discuter et se poser les questions chacune l’une à l’autre que l’on se pose à soi-même habituellement c’est agréable.
Car de plus en plus de questions restent en suspens et c’est avec impatience que l’on attend de découvrir les secrets que l’on semble nous cacher depuis le début.
Qui sont-ils? D’où viennent-ils? Que sommes-nous devenus pour réussir à lutter contre eux??
Pourquoi les survivants sont-ils en majorité des enfants? Est-ce réellement dû à leurs facultés d’adaptation et à la propension des adultes à tout faire pour leur protection? Ou y a-t-il autre chose?

La première partie nous plonge dans l’ambiance de fin du monde et elle est ainsi prenante, flippante et en même temps surprenante. Les premiers chapitres nous mettent dans le bain. Et je peux vous assurer que vous vous y retrouvez plongé jusqu’au cou. C’est sombre, dur et intense.
Nous découvrons ce qu’une apocalypse peut faire à la race humaine tant physiquement que moralement. Nous en avons l’exemple lorsqu’Amy rencontre Jake.
La survie devient le seul et unique but de tous et souvent au détriment de la solidarité ou de la compassion. Sa rencontre avec Baby est une bénédiction pour Amy car elle va apprendre à partager mais aussi retrouver un peu d’humanité et d’amour. Ses sentiments renforcent leur besoin de survie et nous les suivons donc avec encore plus d’attention dans cette vie qui semble sans lendemain. À ce moment-là, l’espoir semble mort et seule compte le fait de vivre au jour le jour en profitant l’une de l’autre et se protégeant l’une l’autre.

Baby est une petite fille de 3/4 ans lorsqu’Amy la trouve. Et tout comme elle, on se demande comment elle a réussi à s’en sortir tout en étant heureux de cet état de fait. Son passé reste sombre cependant et nous irons de découverte en découverte ou du moins certains indices vont nous mettre la puce à l’oreille. Qui est-elle? Qu’elle est cette cicatrice à la forme particulière qu’elle arbore dans le cou? Et comment s’est-elle faite cette blessure qu’Amy a dû soigner lorsqu’elle l’a trouvée ?

La plume de l’auteur, dans cette partie, est fluide et en même temps tel un serpent elle glisse de page en page tout en vous laissant cette sensation désagréable presque visqueuse que tout ne va pas se passer aussi bien que vous le souhaitez.
On vit l’évolution de notre personnage au fil des mois et des années. Les quelques flash-back sont là pour nous les expliquer ou plutôt nous donner les raisons de tels revirements. Car la jeune fille un peu rebelle de l’avant est toujours là mais elle sait maintenant que ses rebellions d’enfants étaient puériles et inutiles. Elle regrette pourtant ce temps et les rares moments de joie qu’il lui en reste.

Lorsqu’un événement va à nouveau chambouler leur vie et qu’elles vont découvrir qu’elles ne sont plus seules, nous sommes perplexes.

Car avec la deuxième partie vient l’espoir mais aussi le questionnement. Nous avons deux visions de la vie d’Amy à quelques mois d’écart et ce en même temps. Du coup cela ralentit un peu le rythme. Personnellement je suis restée accrochée à l’histoire mais je me suis sentie moins investie.
La partie post-apocalyptique était plus sombre, plus glauque. Elle nous tenait en haleine par cette horreur sous-jacente.
Cette deuxième partie est donc différente tant par la lumière qu’elle dégage avec ce renouveau que par ce côté trop propre, trop neuf presque suspect.
Baby a comme disparu des écrans, sa présence se fait plus discrète même si elle reste en filigrane.
Nous rencontrons de nouveaux personnages, des plus lumineux aux plus sombres. Du coup, le suspens reste en arrière-plan car malgré les deux vies d’Amy que nous suivons et les découvertes que nous faisons, nous ne savons toujours pas le pourquoi du comment.
De nombreuses questions sont toujours là en toile de fond.

Puis même si nous n’en apprenons pas vraiment plus, la troisième partie voit Amy prendre de grandes décisions qui vont bouleverser sa vie.
On s’approche du dénouement et en même temps ce que l’on apprend au fur et à mesure exacerbe nos sentiments.
Certains humains sont plus néfastes que les Floraes eux-mêmes. Car nous apprenons enfin le nom que les hommes leur ont donné. À lui seul il nous ouvre des perspectives de réflexion. Pourtant je ne sais pas si j’aurais pu vivre dans leur monde nouveau.

Et lorsqu’en fin LA révélation apparaît c’est … Dingue! Car je ne trouve pas vraiment de mots pour décrire ma réaction. Surprise, estomaquée, sur le cul …
J’avais imaginé des scénarii et des dénouements mais rien comme cela.
L’auteure est absolument horrible de nous balancer ça comme ça. Comme Amy on ne peut rester stoïque à une telle découverte.
J’ai beau avoir envisagé cette hypothèse ou plutôt une qui ressemblait je ne m’attendais pas à cela.

Beaucoup de suspens donc dans ce roman, beaucoup de sensations aussi à vivre lorsque l’on suit leurs aventures. Ce n’est pas un coup de cœur car la deuxième partie m’a beaucoup moins plu que le reste mais ça reste une lecture pleine de rebondissements et de questionnements comme je les aime.
Merci encore au forum Au cœur de l’Imaginarium pour m’avoir permis au travers de leur partenariat de découvrir ce roman.

 

Auteur : Nath Aely

Chroniqueuse littéraire, bibliothécaire bénévole et livrovore passionnée, je dévore plus que je ne lis mes genres favoris comme le steampunk, la fantasy, le jeunesse ou le thriller. Venez frissonner avec moi dans mes lectures et partagez donc les vôtres car je suis aussi curieuse de nature.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.