Chroniques·Cyplog·SFFF

LASAN Katja – Les maudits



Résumé :
Eloé Martelly, écrivain suisse au succès international dans le genre fantastico-horrifique, a perdu toute inspiration.
Elle espère retrouver la force de sa plume en Occitanie, région où elle vient d’hériter d’une vieille bastide, dans un petit village perdu à quelques kilomètres de la célèbre citadelle de Montségur. Malgré les mises en garde de certains habitants, elle décide de ne pas se laisser impressionner par les légendes locales.
Mais… les légendes ne sont-elles vraiment que des légendes ? Et si le destin d’Eloé, profondément lié à celui de trois hommes dotés de mystérieux pouvoirs, se révélait plus extraordinaire qu’il ne l’est en réalité ?
Et si l’un des trois s’avérait être pour Eloé plus qu’un simple protecteur ?

En bref : Frissons, malédiction, ambiance sombre et romance sont au rendez vous.

Les maudits
Katja LASAN
Éditions Cyplog
date de sortie : 30 juin 2022

Mon avis:

Tout débute des siècles auparavant. La lutte ancestrale du bien et du mal. Une créature affreuse la Harpie pense avoir réussi à récupérer les 4 gemmes qui lui donneront le pouvoir absolu. Mais c’est sans compter sur l’abnégation de certains, qui, par leurs sacrifices vont repousser cette obscure fin mais en ressortir maudits à jamais.

De nos jours.
Eloe est une auteure de fantastique à tendance horrifique. Sous couvert de retrouver son inspiration elle profite d’un héritage pour partir au pays des Cathares. Une région encore pleine de récits du passé, de légendes et de fantômes qui vont la prendre dans leurs rets. Et la jeter dans une aventure qui remplira le lecteur à la fois de fantastique et d’effroi.

C’est un roman qui allie à la fois des personnages profonds et pourtant attachants à des cauchemars terrifiants et pourtant si réels. Rentrer dans les détails de leur quête serait vous gâcher une partie de la découverte. Car Katja Lasan sait de sa plume rendre tout cela vivant et aussi prenant que si cela était diffusé sous nos yeux. Heureusement pas en odorama car certaines scènes piquent les yeux à leurs lectures de par leur cruauté et leur noirceur. Telles que notre imagination fait le reste pour les rendre plus réelles encore. Mais en même temps elles nous confortent dans le choix que font nos personnages de lutter contre cette menace sombre et diabolique qu’est la Harpie.

En alliant des caractères aussi surprenants que ceux de Théo, Aubin, Marcel ou Eloe, l’auteure a créé un équipe qui parait disparate de prime abord mais pourtant complémentaire et efficace. Chacun a ses forces et ses faiblesses. En plongeant dans leur passé à tous on amorce le processus de compréhension du pourquoi du comment de leur présence ensemble à cet endroit pour ce rôle précis.

Même Adebran et Ermessende sont, malgré leur présence plutôt diaphane, d’un rôle crucial dans le récit. Ils permettent, lorsque l’on pense l’oublier, de se remettre en tête ce que l’Amour et la foi en son prochain apportent face à la noirceur du Mal.
C’est ainsi un roman qui transporte et qui se vit plutôt que de se lire. Je vous le conseille activement.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.