Les passions d'Aely

Un blog littéraire … mais pas que !


Poster un commentaire

Jomain,Sophie – Felicity Atcock 1 – Les anges mordent aussi (audio)

Présentation de l’éditeur

Je n’ai vraiment pas de bol, il aura suffi d’une morsure, d’une seule, pour que je me retrouve embarquée dans une histoire sans queue ni tête. Je ne sais pas exactement comment ça a commencé, et je ne sais pas non plus de quelle manière tout cela va finir. Quoi qu’il en soit, celui qui fera en sorte que les jeunes vampires arrêtent de s’enterrer dans mon jardin, sera mon héros. Et si en plus il est beau, riche et intelligent, je ne me plaindrai pas ! Je veux retrouver ma vie d’avant, tranquille et… ennuyeuse à mourir. »

Sauf qu’en voulant éloigner les ennuis, il arrive qu’on en attire d’autres… à plumes.

 

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

Sophie tient à peine sur ses pieds quand elle apprend qu’être bavard n’est pas le privilège des grands. Elle utilise les mots et récite des poésies toutes aussi insolites les unes que les autres, sans toujours en comprendre le sens, mais ça fait son petit effet. C’est sûrement à ce moment-là qu’elle est atteinte du virus de l’expression, d’abord au micro dans le brouhaha d’un piano-bar (le jazz, son premier grand coup de cœur), et longtemps après, avec quelques cinq cents pages d’un livre bien épais. Plus tard, ses parents la promènent partout à un rythme effréné, si bien que, prise d’une crise de déplacement aiguë, elle se retrouve en Angleterre à l’âge de 18 ans, où sans se défendre plus que ça, elle se laisse séduire par l’Union Jack. Depuis, c’est une histoire d’amour qui dure, mais chacun chez soi, et les vaches seront bien gardées. Entre temps, c’est le syndrome de la truelle qui la kidnappe purement et simplement pour quelques belles années d’une idylle passionnée. Entre pinceaux, outils de dentiste, brouettes de terre et plusieurs belles découvertes, Sophie tombe tout droit dans l’héritage gaulois. Elle n’en sort vraiment que lorsque le fameux virus de l’expression ne décide de reprendre ses droits. Et vous connaissez la suite. . . Elle devient en très peu de temps boulimique de l’écriture, attrapée au cœur : Les étoiles de Noss Head, Les anges mordent aussi, Pamphlet contre un vampire et quelques projets bien ancrés dans sa tête. . . C’est la raison pour laquelle, en règle générale, lorsque Sophie vous dit qu’elle veut tenter une nouvelle expérience, il faut s’attendre à ce qu’elle tombe encore amoureuse. Amoureuse professionnelle. . .. son vrai métier ?

 

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

 

#Partenariat
#AudibleStudios

Livres audio Audible
Durée : 9 heures et 12 minutes
Type de programme : Livre audio
Version : Version intégrale
Editeur : Audible Studios
Date de publication : 19 avril 2018
Langue : Français, Français
ASIN: B07CBHXMB5
Prix : 19.95€

 ~~~~~~~~~~
Mon avis:

Felicity Atcock, 24 ans, travaille au « Délice des sens », chocolaterie réputée de Bath . Est-ce déjà un indice quant à la suite des événements, qui sait ?

Elle se dit elle-même incapable de dire non pour ne pas faire de peine et bonne poire de service. C’est donc ainsi qu’elle va se retrouver encore une fois à emmener sa collègue Daphnée, à Londres, à un de ces rencarts amoureux où celle-ci tente généralement de lui refourguer le copain dudit rencart.
Pour une fois pas de copain de service mais une boîte de nuit très retro seventies « la fièvre du samedi soir ». Il s’avère en plus que le rencart, Mario est le proprio de la boîte.
Daphnée est aux anges, Felicity beaucoup moins et picole donc un peu trop pour sa sécurité d’esprit.
Ah ! Les méfaits de l’alcool. Le lendemain matin, réveil à l’hôtel et une belle migraine.Et puis elle essaie de se remémorer sa nuit ou plutôt sa fin de nuit et …rien. Pourtant elle n’est pas venue seule à l’hôtel, et elle est nue au réveil. Plusieurs autres détails troublants vont lui faire savoir que, non, décidément elle n’est pas rentrée seule et qu’en plus cela a été plutôt chaud bouillant un certain nombre de fois.
Elle se découvre même une morsure au creux de l’aine. Tout pour plaire !!

La suite des événements ne va pas arranger les choses. Lorsqu’elle dépose Daphnée après leur journée de travail, elles découvrent Tony son colocataire mort sur le canapé. Il semble exsangue. Pour Felicity c’est un vampire qui a fait le coup mais elle appelle tout de même la police et c’est le début des embêtements.

Entre sa nuit torride avec l’homme super sexy de la boite, le flic tout aussi sexy qui enquête et lui fait un gringue d’enfer, les morts vivants dans son jardin, le quotidien de Felicity est passé de morne à tout ce qu’il y a de plus dément. Alors quand les journées vont aller de découvertes fantastiques en découvertes complètement dingues, Felicity va se demander si elle n’aurait pas mieux fait de rester chez elle ce fameux soir.

Felicity se décrit donc comme une bonne poire qui ne sait pas dire non de peur de peiner. On a tous eu ce genre de situation dans notre vie et peut être l’est-on toujours pour certains. Du coup on arrive facilement à s’impliquer dans sa petite vie et dans les déboires que sa gentillesse lui apporte inexorablement.
J’ai adoré ses touches d’humour ou ses commentaires parfois complètement loufoques. L’histoire des « quatre fois quand même » qui revient régulièrement sur le tapis m’a bien fait rire.
Elle n’a pas la langue dans sa poche que ce soit avec Stan ou Terrence et c’est en quoi elle surprend un peu, elle si calme d’habitude. Il faut dire qu’ils n’ont l’air ni l’un ni l’autre d’anges avec leur caractère si différent et si semblable à la fois. Deux beaux machos, sûrs d’eux et de leur charisme sexuel, et elle, en face, simple humaine aux désirs depuis quelques temps refoulés. Eh bien ça ne pouvait faire que des étincelles !

Je l’avoue ce livre est un petit coup de cœur de par son humour, sa fraîcheur et ce style d’écriture qui m’a enthousiasmé et fait rire régulièrement. On croirait suivre une bonne copine car certaines des réflexions de Feli semblent nous être particulièrement adressées. On ne suit donc plus ses aventures, on y participe presque au même point que Daphnée.
J’adore Stan, il est l’ombre et la lumière à la fois, il souffle le vent et la tempête et en même temps apaise par cette faculté qu’il a de nous faire sourire même dans les moments difficiles.
Terrence aussi sait nous faire rire mais il est plus brut de décoffrage et parfois on se surprend à vouloir le secouer un peu. Heureusement il est comme le bon vin et semble se bonifier avec le temps.
Les personnages secondaires, Daphnée, Toni, la tante de Feli sont hauts en couleur et parfois surprenants. Ils prennent de la consistance au fur et à mesure de l’histoire et on a hâte parfois de les retrouver en plus de nos 3 héros.
J’aime aussi beaucoup Stephenie. Elle me fait penser à Pam, la seconde d’Erik dans la communauté du sud. D’ailleurs, beaucoup de points m’ont rappelé cette autre série que j’adore. Quelques similitudes de caractère ou de situations qui m’ont mis en terrain connu tout en continuant ensuite sur leur propre voie.

C’est donc d’un point de vue purement roman un vrai coup de cœur. Mon seul bémol sera hélas pour un livre audio, la narration. Autant j’avais adoré la façon de lire de Lila Tamazit lorsque je l’ai écouté dans « The paper magician » autant ici il me semble lui manquer un petit quelque chose pour être vraiment dans le personnage. Felicity est piquante, pleine de peps et de contradiction.
La narratrice lit bien et nous plonge dans le récit avec facilité mais ressentir dans sa voix les sentiments exacerbés de Féli aurait été un plus. Ses coups de gueule méritaient de hausser la voix, de crier même pourquoi pas, mais peut-être n’est-ce pas la narratice en cause mais tout simplement le format qui ne permet pas de se lâcher à ce point. Dommage alors mais pour le reste je ne lui reproche rien. Je l’ai dévoré jusqu’au bout avec joie, j’ai partagé mes fous rires avec la nature lors de mes balades à écouter les aventures de Féli. Tous les autres personnages m’ont plu. La façon sensuelle et ironique de Stan, plus moelleuse de Terrence me les ont fait imaginer à nouveau et me conforter sur un point. Je suis #teamStanforever 😉

Alors malgré ce petit bémol j’en ressors tout de même ravie et prête à attaquer prochainement le tome 2. Merci Audible pour ces délicieux moments de balade, ou de détente lors des corvées ménagères.

Publicités


Poster un commentaire

Vigne,Jean – GIVRE -2 (Le Cardinal – Kira Kage)

Présentation de l’éditeur

Ange n’est plus tout a fait ange. Le monde a changé, son monde. La noirceur gagne les bas-fonds de Paris, elle se répand telle la gangrène. La reine du jeu, princesse Erika en est-elle la cause ? Que dire du roi Auguste, mis a mal par cette vampire perverse et dominatrice ? Échec et Mat ? L’espoir viendra-t-il alors des Kira Kage, les cavaliers protecteurs ? Ou peut-être du Fou, ce cardinal longtemps endormi ? Le groupe Givre pourra-t-il vaincre dans cette partie d’échec ils ne sont que les pions, mais parfois, les pions font tomber des reines et des rois. A condition de bien choisir son camp.

~~~~~~~~~~
Biographie de l’auteur

Jean Vigne, né en août 1966, est un écrivain français vivant actuellement en Isère. Il aime côtoyer différents genres, du thriller au fantastique, en passant par la fantasy, l’anticipation, l’urban fantasy. Il est l’auteur d’une quinzaine de romans déjà publiés et de pas mal d’autres déjà écrits.
Pour en savoir plus, sa page : http://jeanvigne.wix.com/jean-vigne-auteur

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

 

#Aupetitcaveau
#partenariat

Les éditions du Petit Caveau
Broché: 280 pages
Editeur : Petit Caveau Editions (26 septembre 2018)
Collection : Sang neuf
Langue : Français
ISBN-10: 2373420597
ISBN-13: 978-2373420593
Dimensions du produit: 21,1 x 2 x 14,8 cm
ASIN  ep 3 le cardinal :
ASIN Ep 4 : Kira Kage :  B07PWMSWYB
Prix : Broché :  € – Ebook : 2.99€

 

~~~~~~~~~~
Mon avis:

A la fin de l’épisode précédent, nous avions laissé Ange et Auguste aux prises avec un vampire particulièrement puissant : Princesse Érika. Ils n’en menaient pas large et leur avenir était plutôt incertain.

Ange fait ainsi ses premières armes en tant que vampire. Elle en découvre les avantages (force, vitesse…) mais aussi les inconvénients avec la soif de sang et une certaine inexpérience.

Pendant ce temps son équipe va croiser le chemin de nouveaux vampires et en faire les frais.

Ce troisième opus nous plonge plus loin dans l’univers vampirique de Jean Vigne. On va ainsi y côtoyer de nouveaux personnages qui ne manqueront pas de prendre de l’ampleur dans la suite on le sent déjà bien.

La toile s’étend petit à petit autour d’Ange et les événements nous font croire que bientôt il sera compliqué de savoir en qui avoir confiance.

Les ennemis sortent du bois et l’apparition du Cardinal (d’où le titre de cet opus) en est un et pas des moindres mais l’arrivée sur le terrain d’un nouveau joueur pourrait fort changer la donne.

 Alors direction l’épisode 4 : Kira Kage pour voir ce que nous réserve l’auteur et comment va se développer ce complot de grande envergure qui se trame dans l’ombre.

Comme j’ai pour ma part, lu ce tome 2 en deux parties distinctes numériques je vais donc vous faire deux mini avis.

Les événements s’enchaînent et les personnages concernés par ces bouleversements ont quelque peu des difficultés à s’en satisfaire.
Charles et Nizon , par exemple, vont ainsi découvrir une facette sombre de leur avenir.
Ange de son côté ainsi qu’Ebiko vont passer par des périodes de doute, de réponses parfois ou de trahison.
Cette suite nous apporte un certain nombre d’éléments sur les projets de chacun. On découvre ainsi qui sont les Kira Kage (d’où le titre de cet opus) réellement après les avoir rencontrer dans l’épisode précédent. Jean Vigne va nous montrer ainsi sa connaissance d’un Japon de tradition et de mythes.

J’aime beaucoup Ebiko, son charisme, son courage mais aussi son intelligence. Elle me fait penser à Ange par certains côtés mais en plus calme, plus retenu en extérieur. Mais l’une comme l’autre brûle d’un feu intérieur qui promet des beaux retours de flamme ultérieurement.

J’ai hâte de voir ce que l’avenir leur prépare. Mais j’aimerais beaucoup les voir s’associer dans leur lutte pour l’instant personnelle.
Le mélange de leur caractère et de leur force de frappe promettrait de belles bagarres.
Maintenant je suis tout comme elles dans l’expectative. Il se pourrait bien que l’auteur fausse les données pour le lecteur et que les apparences soient fortement trompeuses.
J’ai donc une sacrée envie de me plonger rapidement dans le tome 3. Et vous? Prêts à le suivre dans les bas-fonds de Paris, de Rome ou d’ailleurs?


Poster un commentaire

Addison,Marilou – Les DIY de Maélie -1 Des papillons dans le ventre

Présentation de l’éditeur

Bon, salut, tout le monde! Super contente de voir que vous avez été plusieurs à réagir à ma demande et à m’envoyer des questions. Étant donné que vous êtes de plus en plus nombreux à me suivre, je crois qu’il était temps que je fasse une foire aux questions, plus connue sous le nom de FAQ! En fait, il y a une raison bien particulière pour laquelle j’ai eu envie de faire cette FAQ. C’est que… je dois vous avouer quelque chose. Premièrement, ce n’est pas la première chaîne YouTube que je démarre. Mais j’ai dû fermer l’autre parce que j’ai subi beaucoup d’intimidation, à mon ancienne école. Je sais que je ne suis pas la seule à en vivre, et c’est pour éviter que ça vous arrive que j’en parle aujourd’hui. Je crois que l’important, c’est de jamais baisser les bras. Et de pas avoir honte.

~~~~~~~~~~
Biographie de l’auteur

Originaire de la région de Montréal, Marilou Addison a grandi entre une mère écrivaine et un père enseignant de français. Aimer les livres n’était pas optionnel! Depuis plusieurs années, elle a décidé de plonger sans retenue dans le monde du livre. Elle écrit donc à temps plein des romans pour tous les groupes d’âge. Active dans les divers salons du livre du Québec, l’auteure adore rencontrer ses lecteurs. C’est pourquoi elle visite régulièrement les écoles afin de communiquer sa passion à tous ceux qui sont prêts à l’entendre!

Marilou Addison est l’auteure des séries « Lol », « Le Journal de Dylane », « Les Émo-J », « Passepeur » et « Les Babounes » ainsi que des romans Mini BIG « Fifi a mangé le facteur » et « Chat volant non identifié ».

 

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

 

#NetgalleyFrance
#partenariat
#KennesEditions

Les DIY de Maélie T01 – Des papillons dans le ventre – Jeunesse | Éditions Kennes
Broché: 408 pages
Editeur : Kennes Editions (12 juin 2019)
Collection : KE.ROM.JEUNESSE
Langue : Français
ISBN-10: 2875806661
ISBN-13: 978-2875806666
Dimensions du produit: 15,1 x 3,1 x 23 cm
ASIN :  B07NKS5DNG
Prix : Broché : 14.90€- Ebook : 10.99€

~~~~~~~~~
Mon avis:

Ce soir nous sommes le 4 juin. La plupart des émissions retracent les horreurs du débarquement, les tueries sur Omaha Beach.

J’avais donc besoin de légèreté. Et ce petit roman a été un rayon de soleil dans cette soirée.

Pourtant n’allez pas croire qu’il n’est qu’une histoire d’ado comme les autres, légère et sans profondeur.

Maélie va avoir 13 ans. Elle va vivre pendant une année chez un ami de sa famille en territoire inconnu. Elle qui habitait à Montréal va se retrouver dans un coin perdu de campagne. Un coin qui pourtant fait partie de son passé et de celui de sa maman disparue à ses deux ans.

Les raisons de son besoin de s’éloigner de la ville, des réseaux sociaux et de tout contact sont assez floues au départ. Elle les survole, n’en parle guère mais le lecteur devine un profond désarroi et une certaine peur.

En la suivant dans cette nouvelle vie, nous allons la découvrir petit à petit. Elle est assez renfermée pour une jeune fille, parle peu, s’épanche encore moins et surtout se lie très peu.

Pourtant une seule chose la fait sortir de sa coquille et l’illuminer de l’intérieur. Maélie adore bricoler et partager cette passion dans des vidéos YouTube. C’est ainsi que va naître : les DIY de Maélie.

L’auteure ne va pas seulement nous en parler. Elle va nous faire vivre la vidéo en image. Nous aurons ainsi les intitulés de Maélie, mais aussi les commentaires des internautes.

J’ai adoré ces petits DIY. Je pense que les jeunes lecteurs pourront facilement se sentir des âmes de bricoleurs grâce à elle. C’est simple, clair et cela s’encastre de façon admirable dans le récit. On fait plus que suivre Maélie et sa vie, on s’en passionne comme on suivrait sa chaîne YouTube si elle existait.

Bien entendu, l’auteure nous plonge aussi dans des passages moins légers. Les raisons de son départ de Montréal. Les mystères sur qui était sa mère. Les questions qu’elle se pose sur son passé mais aussi sur son avenir dans ce nouvel environnement.

Les personnages secondaires sont intéressants. Jamais tous blancs ou tous noirs, ils créent un univers bien particulier autour d’elle. Ils sont ceux qui crée l’ambiance : loufoque ou légère avec Pam, parfois complexe avec Sam et même un peu romantique avec Esteban.

Maélie est attachante et son récit est entrainant. La fin de ce tome nous laisse en plan sur une scène irréelle. Et je n’ai qu’une hâte sûre le tome suivant pour savoir.


Poster un commentaire

Magazine La Salamandre adultes avril-mai 2019

Présentation de l’éditeur

Coucou ! Ce chant qui résonne ce matin dans la forêt, tout le monde le connaît. Coucou ! Du Portugal jusqu’au Japon, deux syllabes presque universelles annoncent le retour du printemps. Coucou ! Mais qui a déjà vu le coucou gris ? Qui sait à quoi ressemble cet oiseau invisible ? Pas étonnant qu’il se dérobe, c’est un maître en cache-cache, trompe-l’œil, usage de faux et autres bottes secrètes pour abuser son monde. Pour certains, son retour de migration n’est pas une bonne nouvelle. Et pour cause ! Dans quelques semaines, grâce à des ruses quasi diaboliques, la femelle du coucou répartira ses œufs dans les nids d’autres oiseaux… qui souvent démasqueront l’intrus. Ainsi, depuis la nuit des temps, le parasite et ses hôtes rivalisent de parades pour gagner la course à la vie. Et tout cela, à deux pas de chez vous.

 

~~~~~~~~~~
Sommaire Avril – Mai 2019

MISSION NATURE : Plantons des arbres de vie (CH) – Un projet qui porte ses fruits (FR) / Poules voraces / Éteindre les lumières…
L’AIR DU TEMPS : Pourquoi les truites disparaissent-elles ?
TOUT PRES D’CI : Orchidées, le labelle et la bête
HISTOIRES D’IMAGES : Ascalaphe, le joyau de l’enfer
L’INFOGRAPHIQUE : En avant les castors !
DOSSIER : Coucou, t’es où ?
GRAND ANGLE : Y a de la joie !
EN BALADE : Le bois de Finges (CH) / Le val de Loire (FR)
COTE JARDIN : Chouette idée pour les abeilles
EN FAMILLE : Bricolez un aspirinsecte
A VOUS LECTEURS

Coucou, t’es où ? (N°251) > La Salamandre

Coucou ! Ce chant qui résonne ce matin dans la forêt, tout le monde le connaît. Coucou ! Du Portugal jusqu’au Japon, deux syllabes presque universelles ann

https://catalogue.salamandre.net

 

~~~~~~~~~~
Mon avis:

La revue La Salamandre adulte, tout comme ces pendants junior et petits , est un magasine bimestriel, c’est-à-dire qu’il paraît une fois tous les deux mois. Je précise car si comme moi vous avez tendance à vous mélanger les crayons, vous risquez de vous confondre avec bimensuel (deux fois dans un mois).

Cela laisse donc deux mois aux lecteurs pour le découvrir petit à petit, article par article.

Ce qu’il faut savoir aussi c’est l’implication des éditions La salamandre dans la sauvegarde de la nature et pas seulement en nous gratifiant d’articles magnifiques et fort complets mais aussi de part leur politique éditoriale. La Salamandre est donc, encarts compris, imprimé avec des encres sans COV sur papier contenant un taux de 60% de fibres recyclées.

Déjà rien que de l’acheter j’ai un peu moins la sensation que d’acheter du papier détruit la nature.

Parlons maintenant un peu de son contenu.

Avec Mission nature, La salamandre nous emmène ces mois-ci dans la mission qu’elle s’était fixée de planter des dizaines d’arbres. Avec l’association comtoise Vergers Vivants, elle a ainsi participé en mars dernier à la plantation d’un verger haute-tige sur le flanc suisse du Jura. C’est là encore un bel engagement de la part de cette maison d’édition et rappelez-vous nous étions convier à faire de même et à venir comptabiliser nos plantations sur leur site.

Mission nature met aussi en avant les différentes missions sur notre territoire comme « Nous voulons des coquelicots » qui lutte contre les pesticides par exemple, la réponse du Conseil d’État à l’appel des protecteurs des oies sauvages migratrices, et plein d’autres…

Chaque bimestriel nous concocte aussi de nombreux articles en fonction de la saison avec la partie Dans l’air du temps. Avec Tout près d’ici, vous allez découvrir la nature sous les pinceaux de Lorenzo Dotti et les textes de Jean-Philippe Paul. En suivant leurs pérégrinations, perdez-vous dans cette nature pleine de couleurs et de vie. Histoires d’images nous offre des représentations du quotidien du photographe Ardéchois Simon Bugnon. Avec lui chaque détail de la nature a son importance et son charme. Regardez cette proserpine magnifique.

Une partie qui me plaît à chaque fois pour toutes les informations fournies, c’est l’Infographique . De façon claire et concise grâce aux graphes et aux cartes représentés, le journaliste nous résume un sujet à ses valeurs les plus importantes et les plus représentatives. En avant le castor ! ne déroge pas à la règle et permettrait de faire un exposé d’un seul coup d’œil.

Le point d’orgue de chaque magasine est un grand dossier du mois. Pour ce printemps il s’agissait du coucou. Avec des titres brefs mais accrocheurs (« faux et usage de faux », « l’heure du crime » « le parrain du sud »…), le lecteur suit 9 jours de tournage sur ce volatile surprenant.

Vous en apprendrez alors plus que vous ne l’auriez imaginé sur cet oiseau de nos campagnes. Sa réputation n’est cependant pas usurpée de parasite, de serial killer et de Gargantua. Un dossier complet et vraiment bien illustré pour petits et grands.

Avec Grand angle, découvrez un photographe animalier et nature de talent. Cette fois Etienne Francey qui nous emmène dans son univers entre nature et imaginaire tellement ses photos semblent imprégnées de magie.

C’est ainsi que vous avancez dans votre lecture de ce magazine, que les pages se tournent mais ne se ressemblent pas et que toute la magie de la Nature vous apparaît. La Salamandre vous propose alors de bien belles balades dans notre beaux pays, des activités à faire en famille côté jardin et tout un tas de conseils de lecture pour de futures découvertes.

Si ces quelques lignes vous ont donné envie de le découvrir, c’est ici qu’il faut vous rendre : https://www.salamandre.net/

Vous y trouverez aussi tous leurs guides pour petits et grands explorateurs, des vidéos complémentaires sur les sujets du mois et bien d‘autres articles toujours en lien avec la Nature. Alors bonne découverte à tous. A bientôt sur les chemins de nos campagnes, nos plages ou nos montagnes.


2 Commentaires

Dhainaut, Jean-Marc – Alan Lambin -3 Les galeries hurlantes

Présentation de l’éditeur

Karine, dix ans, joue avec un ami imaginaire. Tout ce qu’elle sait, c’est son âge et qu’il n’aime pas Alan Lambin, le spécialiste en paranormal que son père, désemparé et dépassé par une succession de phénomènes étranges, a appelé à l’aide.Et si l’origine de tout cela se trouvait dans les anciennes galeries minières existant toujours sous ce village du Nord ? Le seul moyen d’accéder à ce dédale oublié de tous serait les sous-sols d’un hôpital abandonné et hanté par le souvenir de tous ceux qui y laissèrent leur vie, un matin d’hiver, treize ans plus tôt.

 

La Bande annonce :

 

 ~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

Né dans le Nord de la France en 1973, fasciné depuis l’enfance par le génie de Rod Serling et sa série La Quatrième Dimension, il chemine naturellement dans l’écriture d’intrigues mystérieuses, surprenantes, surnaturelles et chargées d’émotions, explorant les méandres du temps, de l’Histoire et des légendes.

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

 

#Partenariat
#Taurnada

Les Galeries hurlantes – Jean-Marc Dhainaut
Poche: 235 pages
Editeur : TAURNADA (4 juillet 2019)
Collection : L’ombre des mots
Langue : Français
ISBN-10: 2372580566
ISBN-13: 978-2372580564
Dimensions du produit: 18 x 1,7 x 11 cm
Prix : Broché : 9.99€

 ~~~~~~~~~~
Mon avis :

Si vous avez déjà lu les aventures d’Alan Lambin, vous savez qu’il nous entraine toujours loin avec lui dans ses histoires de hantises et d’esprits égarés.

Cette fois encore Alan sent qu’il doit aider. Aider Étienne Delbique qui perd pied. Aider aussi sa famille, sa fille qui parle à un ami imaginaire et sa belle-mère qui semble égarée entre la réalité et les ombres du passé.

Nous voici en partance pour le nord, ce coin de France d’où est originaire Alan de par son père. Et comme le dit la chanson « au nord c’était les corons ! ».
Dans ce village minier où les coups de grisou ont causé leur quantité de disparus, un drame a particulièrement marqué les esprits. Un drame qui a touché cette famille aussi comme beaucoup d’autres du coin.

Dans une ambiance lourde et triste, Alan va enquêter sur ce qui hante la famille Delbique. Mais surtout faire ce qu’il fait le mieux: chercher le pourquoi. Car il ne veut pas éliminer un problème sans en avoir obtenu l’origine. Pour lui c’est viscéral, il faut aller au bout des choses pour les comprendre et surtout empêcher qu’elles ne se réitèrent.

Depuis qu’il côtoie Mina il s’est rendu compte que sa sensibilité à certains effets est plus prégnante. Et dans ce village du nord, il va s’en rendre particulièrement compte.

Jean-Marc Dhainaut plante ainsi le décor page après page. Et nous voici le cœur battant à suivre ses personnages dans des lieux sombres et glauques, face à des apparitions ou des hantises qui semblent si réelles et totalement flippantes.

Cette fois encore on se triture le cerveau à chercher des indices.
Et cette fois encore l’auteur nous prend au dépourvu.
Je ne dis pas que j’ai sursauté dans ma lecture mais je suis simplement heureuse de ne pas avoir été seule à la maison pour le lire. Les événements sont glaçants. Les chemins pris pour nous perdre sont magistralement orchestrés. J’y ai cru. À toutes ces possibilités qui se sont imposées à nous. J’ai frissonné d’angoisse. J’ai frémi d’anticipation. J’ai senti la tristesse m’étreindre aussi le cœur face à certains drames.
En clair, j’ai été encore une fois happée. Et ce à chaque fois depuis la maison horizon.
Merci à Taurnada d’éditer cet auteur de talent qui sait mettre dans sa plume l’intangible du surnaturel tout en y incluant le réalisme des drames de la vie de tous les jours.