Les passions d'Aely

Un blog littéraire … mais pas que !


2 Commentaires

Dargelos,Laure – La voleuse des toits – sélection du #PAI2019

Partenariats, forums et Lectures communes
Cette chronique est réalisée dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 2019. Suivez l’aventure sur le site officiel, Facebook, twitter ou instagram pour être informés de toutes les avancées de ce joli prix !

#PAI2019 sélection imaginaire
#Autoédité

Broché: 675 pages
Editeur : Independently published (22 février 2019)
Langue : Français
ISBN-10: 1726849732
ISBN-13: 978-1726849739
Dimensions du produit: 15,6 x 3,9 x 23,4 cm
ASIN :
Prix : Broché : 20.00€ – Ebook :2.99€

~~~~~~~~~~

Présentation de l’éditeur

Véritables piliers de la société, les règles écarlates ont prohibé toutes formes d’expression : l’art, la littérature et la musique n’existent plus. Chaque jour, la milice multiplie les exécutions pour asseoir l’autorité du régime. Demoiselle respectable le jour et voleuse la nuit, Éléonore Herrenstein s’élève contre l’ordre établi. Elle qui espère rejoindre la rébellion et renverser le gouvernement, la voilà brusquement fiancée à l’un des hommes les plus puissants du royaume. Qui est donc Élias d’Aubrey, cet être impénétrable qui semble viser le pouvoir absolu ? Et pour quelles sombres raisons sa famille dissimule-t-elle une mystérieuse toile, peinte un demi-siècle plus tôt ? Éléonore ignore encore que sa quête l’entraînera bien plus loin qu’elle ne l’imagine. Dans un voyage au-delà du possible…

 

~~~~~~~~~~
Biographie de l’auteur

Laure Dargelos est née en 1991. Après cinq ans à s’ennuyer dans une fac de droit, elle choisit d’abandonner une carrière de juriste pour se lancer dans une formation éditoriale. Le diplôme en poche, elle travaille désormais dans une maison d’édition où elle jongle avec les mots à longueur de journée.

Passionnée d’écriture depuis son plus jeune âge, elle décide de tenter la folle aventure de la publication et d’auto-éditer son premier roman : La Voleuse des toits, un récit de fantasy young adult où se mêlent romance et voyage dans le temps.

Site Auteur : www.lauredargelos.wixsite.com/lauredargelos

Site La Voleuse des toits : www.la-voleuse-des-toits.ovh

Blog Mamzelle Nuage : www.mamzellenuage.blogspot.com


~~~~~~~~~~
Mon avis:

PAI 2019Deuxième mois de lecture et de sélection pour les titres du PAI2019.

Bon je l’avoue quand j’ai vu le nombre de pages de ce roman j’étais un tantinet effrayée d’avoir à le lire. Et si je n’aimais pas ? 600 pages ça fait long pour se morfondre. Surtout après l’expérience du mois précédent et de ses 700 pages de calvaire 😦

Par contre, cela fait super court quand on aime.

Et …je me suis régalée.

Les personnages sont géniaux, truculents, piquants, froid comme des tombes ou chaud comme la braise, parfois les deux à la fois mais toujours, toujours ils vous emportent avec eux.
Que ce soit Plume ou ce pompeux Elias, imbu de lui-même, sans cœur et absolument Maitre Es ruse et diffamation, ils m’ont donné des frissons.
Jack ou les princes maudits ont su nous trainer avec joie dans les bas-fonds et aimer ça en plus.
Archibald, peut-être l’un de mes préférés pour son côté encyclopédique, m’a fait me poser beaucoup de question…
Un panel de personnages qui créent un univers vraiment alléchant et totalement surprenant.

Enfin bref, on ne s’ennuie jamais, comme le dit Elias, dans ce roman.

Laure Dargelos nous a proposé là un roman actif et dynamique empli d’amour, de vengeance et de rébellion. Elle y a aussi opposé des personnages vraiment intéressants. Tous sont complexes et peu tout noir ou tout blanc. C’est ce qui rend la lecture vraiment prenante car les surprises foisonnent et nous prennent vraiment au dépourvu.

Je me suis vue rire seule à quelques échanges piquants, verser ma petite larme à d’autres plus émotionnants, montrer aussi les dents face aux retours du destin, aux trahisons ou aux décisions de mes héros.
Il n’y a pas un moment où l’on s’ennuie dans ce récit et les pages défilent à la vitesse de l’éclair.
Quoi ? Presque fini ? Déjà lu 500 pages ? Impossible et pourtant…

Et l’auteure a su tellement nous prendre dans ses filets que selon les événements on les vit plus qu’on ne les lit. J’ai alors échafaudé avec eux plusieurs hypothèses sur l’ennemi, posé quelques options sur les traîtres ou sur le destin de chacun, eu des illuminations … que l’auteure m’a éteint d’un coup d’azote liquide pour me les renvoyer au final dans les dents, genre « t’as vu ? je t’ai bien eu sur ce coup ? ».

Les graphiques en dents de scie vous connaissez ? et bien c’est votre oxymètre de pouls dans cette lecture. Entre les accélérations surprise, les arrêts choc et les phases de reprise de souffle, il en voit de toutes les couleurs et nous aussi.

En bref, c’est un coup de cœur, j’ai adoré, je me suis régalée, je peux même vous dire qu’il fera partie des rares que je relirai. C’est dire !

Cela met du baume au cœur pour ce prix , le mois prochain ce sera du jeunesse et la plume de Catherine Loiseau que j’adore dans ses univers Steampunk avec Aiden Jones. Alors rendez-vous en juillet !


Poster un commentaire

Dhainaut,Jean-Marc – Alan Lambin 4 Les couloirs démoniaques

Partenariats, forums et Lectures communes
#Partenariat
#Taurnada
Broché
Editeur : Taurnada Editions (2 juillet 2020)
Collection : L’ombre des mots
Langue : Français
ISBN-10 : 2372580728
ISBN-13 : 978-2372580724
Dimensions du produit : 11 x 1,7 x 18 cm
ASIN : B0894M3HFR
Prix : Broché : 9.99€

~~
Présentation de l’éditeur
Le Foyer des Galibots, une maison de retraite paisible située dans le Nord de la France, ferma ses portes en 1992 après une effroyable série de morts mystérieuses. Des suicides, selon l’enquête. Détails troublants : certains pensionnaires avaient témoigné de présences effrayantes, et une aide-soignante avait affirmé avoir été attaquée par une force invisible. Alan Lambin, enquêteur en paranormal, sent que cet endroit, construit sur les ruines d’un hôpital exploré quinze ans plus tôt, a besoin de lui. A-t-il oublié la menace qui y rôde ?

~~~~~~~~~~
Biographie de l’auteur

Né dans le Nord de la France en 1973, fasciné depuis l’enfance par le génie de Rod Serling et sa série La Quatrième Dimension, il chemine naturellement dans l’écriture d’intrigues mystérieuses, surprenantes, surnaturelles et chargées d’émotions, explorant les méandres du temps, de l’Histoire et des légendes.

La Bande annonce : https://youtu.be/9gmDjrIFqNo
Extrait : https://issuu.com/taurnada/docs/extrait_lcd_jmd

 ~~~~~~~~~~
Mon avis :

Si vous avez déjà lu les aventures d’Alan Lambin, vous savez qu’il nous entraine toujours loin avec lui dans ses histoires de hantises et d’esprits égarés. Avec le tome précédent, nous avions bien cru qu’Alan nous laisserait tomber et stopperait complétement ses interventions… et c’est ce qu’il aura fait pendant 15 ans.
Nous le retrouvons ici en 2002, lors d’une visite de son ami Paul qui va les entraîner tous trois, Paul, Mina et lui vers un passé troublant et traumatisant non pas seulement pour les victimes mais aussi pour Alan (cf les galeries hurlantes).

Que dire si ce n’est que Jean-Marc Dhainaut nous plonge dans les frissons quasiment dès les premières lignes. Pas question de nous laisser nous préparer, ou à peine…
Imaginez-vous vous jeter du bateau sans savoir qu’en dessous c’est l’Adriatique !! Brrrr, hein ? ben voilà c’est un peu comme ça que j’ai « subi » ce début de roman 😉

L’hôpital détruit par le grisou des années auparavant a laissé la place à une maison de retraite malgré les instances des mineurs de la région pour n’en rien faire.
Le lieu semble pour les locaux même, un lieu maudit, froid et à éviter. Trop de morts et de traces spectrales pur s’y sentir à l’aise et ce ne sont pas les derniers événements qui vont contredire ces sensations.

Je vous parlais de ma sensation de bain glacé en entrant dans ce roman. Mais si j’y ajoute un contexte d’orage de grêle dans la nuit avec coupure de courant, roulements de tonnerre et éclairs à tout va, vous avez mon ambiance personnelle de fin de lecture. Tout ce qu’il faut pour créer une atmosphère bien tendue et psychotique pour suivre les aventures d’Alan, Paul et Mina dans cet ancien hôpital. La tension était à son comble.

Ce quatrième et dernier (déjà !!) opus d’Alan Lambin nous emporte dans son passé, dans sa relation avec ce Shadow man que nous avons déjà croisé dans ce même hôpital et ses « galeries hurlantes » 15 ans plus tôt. Qui est-il ? Pourquoi poursuit-il Alan depuis son plus jeune âge ? Va-t-il encore s’attaquer à ses proches ou cette fois-ci aurons-nous un duel de volonté entre ses deux êtres que tout semble relier ? Voilà les questions qui m’ont tarabusquée pendant ma lecture. Entre autres, car les événements dramatiques de la maison de retraite ont rajouté des interrogations sur ce lieu emblématique de la souffrance et de l’horreur.

Tout est là pour faire monter la pression. Même la présence énervante d’Erwan Diwen l’ennemi de toujours. Il serait presque un élément calmant dans tout ce stress s’il n’était aussi énervant.

Jean-Marc Dhainaut a cette fois encore frappé un grand coup en mélangeant le passé et le présent, les esprits malheureux de cet hôpital et son spectre personnel.

L’enquête menée par ce trio sur place et dans les témoignages des proches a de quoi faire frémir. Les ressentis de chacun frisent l’horreur. Les victimes nous retiennent par leur tristesse. Et nous terrassent de leur frayeur. Comment des êtres immatériels peuvent-ils être à ce point terrifiés et créer une telle ambiance lourde, sombre et glaciale sur un lieu.

La montée en puissance de la tension dramatique se fait avec les découvertes effectuées sur place. Jean-Marc Dhainaut va pousser son personnage dans ses retranchements, ses peurs et ses souvenirs.
C’est encore une sacrée lecture que je termine là et que, comme chacun des tomes je vous conseille. On n’en ressort pas totalement indemne mais toujours satisfait, du moins est-ce mon cas. Alors Jean-Marc ,la relève serait-elle assurée et pouvons-nous prévoir une nouvelle série grâce à elle ? 😉


Poster un commentaire

Sten,Viveca & Camilla – L’ile aux disparus -2 Le Secret du brouillard

Présentation de l’éditeur

Choisis ton destin, Fille de l’eau !

Le printemps est là, et pourtant, un épais brouillard a envahi l’archipel suédois. D’après la légende ancestrale, cette brume opaque annonce de terribles événements. Bientôt, elle va noyer les navigateurs et perturber les signaux des GPS, troublant l’équilibre de l’île.

Changelin parmi les humains, la jeune Tuva tente par tous les moyens de découvrir la vérité, sur elle-même et sur le danger qui menace sa terre natale. Aux côtés de son meilleur ami Rasmus, et de Maria, sa fidèle alliée mara, la jeune fille comprend qu’une créature mythique offensée par les hommes s’est réveillée sous la forme de ce brouillard. Le peuple des océans dont elle pensait être la seule survivante est loin d’avoir dit son dernier mot.

 

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

 

Viveca Sten est l’auteure de polars best-sellers adaptés en série TV, tels Meurtres à Sandhamn. Sa fille, Camilla, a toujours écrit et aidé sa mère à peaufiner ses histoires. Avec L’Ile des disparus, elles nous offrent une trilogie fantastique à quatre mains.

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

Michel LAFON – L’Île des disparus – Tome 2, Viveca et Camilla Sten
Broché: 360 pages
Editeur : Michel Lafon (14 février 2019)
Langue : Français
ISBN-10: 2749932629
ISBN-13: 978-2749932620
Dimensions du produit: 14,1 x 2,7 x 22,1 cm
ASIN: B07N4C1FWM
Prix : Broché : 16.95 € – Ebook : 12.99€

#partenariat
#MichelLafon
~~~~~~~~~~
Mon avis:

J’ai adoré retrouvé Tuva, la fille de l’eau dans ce second opus.

Cette fois encore les légendes et les faits réels pour la petite communauté de l’archipel suédois se rejoignent.

Nous sommes au printemps mais une brume aussi dense qu’une couverture couvre tout l’archipel. Parfois il arrive même que l’on ait l’impression de s’y noyer
Après avoir renvoyé dans les profondeurs de l’océan les serpents de mer, Tuva va devoir à nouveau combattre un esprit ancien. Mais cette fois, par chance, hasard ou même par la force elle va aussi tout faire pour en apprendre plus sur son peuple, le peuple de l’eau et sur un pacte qui la concernerait, elle plus que quiconque.

Camilla & Viveca Sten nous plonge une fois encore dans un récit à la fois fantastique et bien réel. Les menaces que l’homme fait peser sur l’écosystème marin, les conséquences de toute cette pollution existent vraiment.

Et si nous étions plus respectueux de la Nature, peut-être dans les livres mais qui sait un jour aussi en vrai la nature ne se vengerait-elle pas à sa façon.

Ici une nouvelle créature mythique menace l’archipel et les hommes pour les dommages qu’ils ont causés et continuent à faire par leur ignorance, leur je-m’en-foutisme notoire…

Ce roman nous entraîne ainsi dans l’aventure de la vie de Tuva mais aussi beaucoup plus loin dans la réflexion. C’est encore un magnifique roman qui m’a émue car on sent toute la détresse de notre jeune héroïne face aux réactions des autres pour qui, elle est et a toujours été « différente ». Pourtant, Tuva a de l’espoir depuis qu’elle a rencontré Rasmus. Il est son ami. Même Maria, la mara et infirmière de l’école lui concède de l’intérêt. Elle n’est plus seule.

Pourtant les événements vont apporter leur lot de malheurs, de mauvaises nouvelles ou de choix difficiles. Tuva va devoir grandir et choisir son destin.

Merci encore aux éditions Michel Lafon pour cette découverte qui m’emmène loin là-bas tout au nord, en Suède, dans ses brumes et ses légendes, dans cette vie rude des habitants de l’archipel. Un vari dépaysement et deux plumes particulièrement bien accordées pour nous faire frémir.


Poster un commentaire

Ytak,Cathy – la seule façon de te parler

Présentation de l’éditeur

« Le collège me rend bête, aveugle, sourde et muette. »

Nine est en cinquième et déteste l’école. Tous les matins, elle a mal au ventre rien que d’y penser. Sauf quand elle sait qu’Ulysse sera là. Ulysse, c’est le nouveau pion, carrément jeune, carrément beau. D’accord, il est plus âgé, mais peut-être qu’il pourrait l’attendre quelques années ? Si quelqu’un pouvait aider Nine à lui parler… Pourquoi pas Noah, le frère d’Ulysse, qui est collégien aussi ? Oui, c’est la solution ! Seulement voilà, Noah, pour lui parler, ce n’est pas si simple : il est sourd !

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

 

Cathy Ytak est née le 16 juin 1962, en Seine-Saint-Denis, près de Paris.
Après des études de graphisme et de reliure artisanale, elle fait de nombreux petits boulots : des ménages et des surveillances de cantine, du dessin archéologique et de la reliure, des vacations dans un centre de tri P.T.T et des gardes d’enfants. Puis elle travaille pendant sept ans dans un magasin de photo. Animatrice bénévole dans des radios libres (Radio Libertaire et Radio País), elle se dirige ensuite vers le journalisme professionnel et l’écriture (elle a collaboré notamment à des revues comme « Archéologia » « La vie au Soleil », « Maison et Nature », « Macfun », « Macworld », »Compétentes Médicales » etc.) Elle travaille pendant deux ans comme attachée de presse pour les Editions Encrage, à Amiens, puis devient lectrice pour les éditions Denoël de 1996 à 1998. Dans le même temps, elle devient traductrice de catalan. Son premier roman « Place au soleil », est publié en 1999.

Aujourd’hui, elle écrit des romans (aussi bien pour les enfants que pour les ados et les adultes) et des livres de cuisine, et traduit du catalan vers le français les auteurs qu’elle aime.

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

#partenariat
#Lecteurs.com
Poche: 128 pages
Tranche d’âges: 9 – 12 années
Editeur : Nathan (9 juillet 2015)
Collection : Poches années collège
Langue : Français
ISBN-10: 2092556649
ISBN-13: 978-2092556641
Dimensions du produit: 12,1 x 1,3 x 18 cm
ASIN: B07L5XBSB6
Prix : Broché : 5.95 € – Ebook : 4.99€

~~~~~~~~~~
Mon avis:

Nine est au collège. En cinquième. Mais elle a redoublé sa sixième donc devrait être en quatrième déjà. Nine n’aime pas le collège, le bruit, cette sensation d’être enfermée et de ne pas être écoutée. Comme elle le dit elle-même « le collège me rend bête, aveugle, sourde et muette ». Cela vous laisse imaginer son ressenti chaque matin lorsque c’est l’heure d’y aller. Ce mal-être, ce malaise interne qui auparavant lui a déjà causé des évanouissements.

Mais un jour cela commence à changer. Un nouveau personnage entre dans le sein de l’école. Il s’appelle Ulysse, et il est pion.

Nine est amoureuse d’Ulysse mais ne sait pas comment lui parler. Alors quand elle apprend que son béguin a un petit frère au collège, elle se prend d’une idée farfelue : s’approcher du petit frère pour se rapprocher du grand.

Mais elle n’est pas au bout de ses peines ni de ses surprises car Noah, le petit frère est un jeune homme particulier, il est sourd.

En suivant les ressentis de Nine, ses besoins de compréhension, de partage et de reconnaissance on entre dans le monde pas si rose que cela de l’adolescence.
Cathy Ytak va ainsi exposer des sentiments encore tabous comme la phobie scolaire. Peu de parents sont enclins à y penser lorsque leur enfant rechigne à aller à l’école. Pour preuve les parents de Nine envisage le harcèlement avant toute autre raison mais ne font mention aucunement d’un malaise personnel qui pour eux n’est que simagrée.

De même, un autre sujet est mis en avant avec le langage des signes, la relation des entendants et des sourds, leurs interactions ou au contraire cette inexistence de lien entre eux. En suivant Nine, nous allons pénétrer un univers que pour la plupart nous méconnaissons. En observant ses ressentis, en suivant ces changements en elle on comprend un peu plus les difficultés pour un enfant particulier de s’intégrer aux autres. Les préjugés ont ici la part belle au travers des remarques désagréables, des moqueries et du rejet général.

Nine en partant d’une envie égoïste de se rapprocher d’Ulysse en passant par son frère va expérimenter une nouvelle voie de vie. Elle va aussi nous faire traverser les épreuves que cette différence vont mettre sur sa route et nous montrer comment elle compte les surmonter avec succès parfois ou non.

En bref, l’auteure a su par sa plume simple mais pas naïve émettre un maximum d’émotions. Elle parle vrai sans arrondir les angles, en criant les malaises que les cœurs adolescents cachent trop souvent par manque d’écoute. Ce petit roman court puisqu’il ne fait que 130 pages aborde à la perfection les problèmes de nos ados avec des sujets comme la tolérance, la différence, l’amitié ou l’amour. Mais il nous éclaire aussi sur la culture des malentendants, leur mode de communication et l’occasion de dissiper les préjugés qui les entourent. C’est un vrai coup de cœur que j’ai dévoré là et que je compte bien partager avec mes filles afin de leur ouvrir les yeux sur ce qu’il existe autour d’elle que nous ne voyons pas forcément.


Poster un commentaire

Perrier,Pascale – Stolen

Présentation de l’éditeur

Encore bébé, Joshua est retiré à ses parents aborigènes pour être confié à un couple de Blancs. Jusqu’à ses quinze ans, il grandit parfaitement assimilé, quand surgit brusquement Ruby, qui se présente comme sa soeur de sang. Pourquoi l’a-t-on kidnappé ? La vérité est-elle préférable à l’inconnu ? Joshua se lance dans une quête de ses origines qui remmènera loin, sur les terres de ses ancêtres. Un roman poignant basé sur l’histoire des stolen generations en Australie.

~~~~~~~~~~

Biographie de l’auteur

Ancienne professeur-documentaliste, Pascale Perrier est auteur de romans jeunesse publiés notamment chez Bayard, Gulf Stream (Ceux de la louve), La Joie de lire (Et derrière les nuages) et Rageot (Tu n’es pas celle que tu crois). Elle vit en région parisienne.

~~~~~~~~~~
Partenariats, forums et Lectures communes

 

#Partenariat
#Lecteurs.com
#ActessudJunior

Actes Sud Junior pascale perrier Stolen
Broché: 240 pages
Editeur : Actes Sud Junior (3 octobre 2018)
Collection : ACTES SUD JUNIO
Langue : Français
ISBN-10: 233011138X
ISBN-13: 978-2330111380
Dimensions du produit: 21,6 x 2 x 13,6 cm
ASIN : B07GDV75C9
Prix
 : Broché : 15.00€  – Ebook : 10.99€

 ~~~~~~~~~~
Mon avis :

Avec ce roman c’est un témoignage que l’on va suivre, une dénonciation d’un fait réel abusif au travers d’une quête de deux enfants à la fois si liés et si différents.
Depuis 1770 les Aborigènes d’Australie étaient maltraités par les blancs de leur pays. Les conditions de vie déplorables qu’ils subissaient semblaient autoriser le gouvernement à décréter que leurs enfants seraient mieux adoptés par des familles blanches. En tout près de 5000 enfants ont été retirés à leurs parents pour des raisons bancales et futiles mais toujours au profit de familles blanches.
Ce roman c’est l’histoire de Joshua, enfant métisse et adopté. Joshua qui a vécu dans sa famille sans connaître ses origines, sans y apporter un réel intérêt malgré son métissage. Pas assez blanc pour les blancs, trop blancs pour les autres il a cependant dû affronter des situations assez déstabilisantes. Mais sans commune mesure avec la situation de Ruby.

Ruby, cette sœur qui va atterrir un beau matin en face de lui pour l’emmener dans sa quête de vérité, des origines.

Au milieu d’une culture de tradition, des croyances de l’outback, l’auteure va nous propulser dans un phénomène réel et historique que l’Australie a depuis condamné. Un National Sorry Day a même été décrété en souvenir des enfants volés et des excuses publiques ont été faites.

C’est dans ce contexte que l’auteure nous emmène. Au milieu de ce monde totalement méconnu de l’européenne que je suis j’ai suivi les tribulations, les interrogations et révoltes identitaires de ces ados. De par leur jeunesse d’adoption totalement différente chacun en a retiré un parcours et une histoire profondément ancrés en eux.

Joshua est celui qui a le plus de mal à partir en quête. Alors que pour Ruby c’est viscéral.
En les suivant nous allons découvrir tout un monde mystérieux et méconnu. Depuis, les arts Aborigènes ne nous sont plus inconnus. Ils sont appréciés à leur juste valeur et transmis à nouveau de génération en génération. Là aussi ce roman nous en parle et nous plonge dans leur Histoire.
C’est un récit poignant et parfois un peu abrupt.
Je l’ai apprécié même si je l’avoue je ne me suis pas lancée dedans de gaieté de cœur. Il ne faisait allègrement pas partie de mes choix de prédilection dans cette sélection. Je ne le regrette pas il m’a instruite de choses qui m’ont intéressée. Il m’a dépaysée. Mais il n’a pas conquis mon cœur de lectrice.